Virtualisation: Un Mac et un Linux sur mon Windows

Mobil­ité et Vir­tu­al­i­sa­tion font sou­vent bon ménage — il s’agit d’un com­pro­mis, certes, mais bien pra­tique. Quand on veut se déplac­er facile­ment, on ne peut pas pré­ten­dre à “trans­bahuter” avec soi l’ensemble de ses ordi­na­teurs. Pour­tant, on peut-être amené à devoir utilis­er un poste sous Lin­ux pour faire du Pen­test, ou pour servir de serveur web… ou encore, son Mac­in­tosh pour sign­er les applis qu’on créés pour l’Applestore.

Bref, pour ma part, j’ai  choisi de tra­vailler sous Win­dows car la plu­part de mes out­ils ne fonc­tion­nent cor­recte­ment que dessus. Et pour le reste, je vir­tu­alise, c’est à dire que j’utilise un out­il qui per­met de créer des machines virtuelles qui fonc­tion­nent comme si elles étaient des machines séparées. Je ne vais pas faire un cours ici sur la vir­tu­al­i­sa­tion. Mais il faut savoir qu’on peut qua­si­ment se créer un réseau de plusieurs machines et les faire fonc­tion­ner comme si c’était un réseau réel: ain­si, on peut utilis­er un ordi­na­teur virtuel pour héberg­er une base de don­nées, l’autre pour un serveur web, etc.

Il existe plusieurs logi­ciels pour faire de la vir­tu­al­i­sa­tion: vous avez VMWare qui est le plus con­nu, mais si vous avez un win­dows 10 pro, vous pou­vez utilis­er directe­ment HyperV. Dans mon cas, j’ai préféré utilis­er un logi­ciel open source que j’utilise depuis longtemps main­tenant, il s’agit de Vir­tu­al­Box qui est aujourd’hui main­tenu par Ora­cle.

J’ai donc instal­lé la dernière ver­sion d’une ubun­tu que j’apprécie, la Lin­ux Mint dont on peut télécharg­er l’ISO sur le site offi­ciel.

Ensuite, un peu plus com­pliqué: je voulais la dernière ver­sion d’OSX, la 10.13 con­nue sous le nom de “High Sier­ra”. Nor­male­ment, il vous faut un ID offi­ciel avec Licence, mais si c’est juste pour essay­er, je vous pro­pose de télécharg­er un ISO ici (mer­ci Barn­abé), et de suiv­re la procé­dure d’installation décrite à cette adresse.

Après quelques dizaines de min­utes, voici le résul­tat:

Bon, reste à savoir si je vais pou­voir sign­er une appli­ca­tion avec… c’est pas gag­né, même en achetant la licence, mais ça vous le saurez dans un prochain arti­cle.

A savoir: vous pou­vez installer toutes les ver­sions de Win­dows, mais aus­si des Solaris, des BSD, IBM OS2, etc. Vous avez des images préin­stal­lées ici. Le principe est sim­ple, vous créez une machine virtuelle, vous créer un disque dur virtuel (c’est un fichi­er sur votre ordi­na­teur, ça ne per­turbera pas les autres fichiers) et vous insérez un iso (une copie d’un DVD sous la forme d’un fichi­er) ou directe­ment le DVD d’installation et puis vous lancez la procé­dure. Il vous fau­dra peut-être suiv­re un tuto, mais c’est à la portée de tous.

Atten­tion toute­fois, si un ordi­na­teur virtuel peut accéder à l’USB de votre ordi­na­teur (avec votre accord), à cer­tains périphériques, au réseau… cela reste lim­ité. Vous ne fer­ez pas de cal­cul par­al­lèle avec votre carte graphique via la vir­tu­al­i­sa­tion… pareil pour la 3D car l’émulation d’un dri­ver 3D reste fort lim­itée. Bref, ça per­met pleins de choses, mais il y a des lim­ites. C’est pour ça que je reste sous win­dows. L’autre solu­tion, pour éviter l’émulation, c’est le dual boot.… mais c’est plus dif­fi­cile à instau­r­er (notam­ment pour OSX), et il faut reboot­er la machine pour switch­er d’un sys­tème à un autre. De même, on ne peut pas faire tourn­er les OS en même temps, alors qu’en vir­tu­al­isant, si. Je peux installer Apache sur mon lin­ux virtuel et faire serveur web, et y accéder depuis mon win­dows. Je peux même faire du NAT depuis mon rou­teur et faire en sorte que le serveur soit vis­i­ble depuis l’extérieur, sur le Wan comme on dit 😉

Voilà, juste une intro­duc­tion au sujet, mais n’hésitez pas à revenir vers moi si vous avez des ques­tions.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.