Apprendre en étant indiscipliné et créatif ?

Ce matin, j’écrivais à mes élèves en suivi sur une for­ma­tion dans la jeu vidéo, et je leur par­lais de créa­tiv­ité, du fait de savoir aus­si faire l’in­verse de ce que je leur demande. En effet, à la base, je leur pro­pose un cadre de for­ma­tion — c’est un plan avec pas mal de boulot per­son­nel à réalis­er. Et les gars sont vail­lants… vrai­ment, je suis admi­ratif de leur ténac­ité. Mais j’ai aus­si envie de leur dire : “soyez créat­ifs, prenez du plaisir à faire ce que vous faites”. Je suis cer­tain que la plu­part du temps, c’est le cas. Mais c’est un for­ma­tion longue, très longue (chaque ate­lier prend entre 20 et 40H, entre ce qu’il faut appren­dre et ce qu’il faut pro­duire der­rière). Et je ne souhaite pas que cela devi­enne un tra­vail pour eux. Bref, je leur ai écrit ce matin, et je me suis dit que 95% du con­tenu peut-être val­able pour toute per­son­ne qui est en phase d’ap­pren­tis­sage — ce qui devrait con­cern­er 100% d’en­tre nous, tant il y a de choses mer­veilleuses à étudi­er et décou­vrir dans notre monde. Bref, voici un extrait de cette let­tre.

“Que de tra­vail accom­pli depuis le début de la for­ma­tion ! Je par­le de toi, de tout le chemin par­cou­ru… car, au-delà d’ap­pren­dre la tech­nique, il y a tout ce savoir-faire que tu as dû dévelop­per […]

   Toute­fois, je voulais attir­er ton atten­tion sur un autre point. Quand on démarre un pro­jet, et surtout, quand on s’est don­né un ligne direc­trice, un plan de tra­vail, on a ten­dance à abor­der les choses de façon “intel­lec­tu­al­isée”. C’est à dire qu’on divise en tâch­es, qu’on hiérar­chise son tra­vail, etc.  C’est par habi­tude… c’est le monde mod­erne qui veut ça et qui nous force à penser en ressources, en horaires… De fait, au bout d’un moment, quand un pro­jet prend beau­coup de temps, on a ten­dance à voir cela comme un tra­vail qu’on veut ter­min­er, accom­plir… et on oublie que le plus impor­tant, c’est de pren­dre plaisir à ce qu’on fait. D’ailleurs, on n’est jamais autant pro­duc­tif que lorsqu’on laisse sa créa­tiv­ité s’ex­primer et qu’on tra­vaille de façon désor­don­née (en apparence).

Voici ce qu’en dis­ait Richard Feyn­man, ce célèbre physi­cien qui aurait pu être un grand artiste égale­ment : “Study hard what inter­ests you the most in the most undis­ci­plined, irrev­er­ent and orig­i­nal man­ner pos­si­ble.” — Traduit à l’ar­rache, “Étudiez dure­ment ce qui vous intéresse le plus, de la façon la plus indis­ci­plinée, irrévérente et orig­i­nale pos­si­ble”.

J’ai envie de te dire la même chose: picore cette for­ma­tion, tra­vaille les domaines qui t’in­téresse le plus… sans per­dre de vue qu’il y a un pro­jet à la base, mais que tu pour­ras avancer par touch­es suc­ces­sives. Et puis zut, tu es assez avancé pour que je puisse te dire que si quelque chose te gon­fle, change de thème, change l’ap­proche… une fois que ta soif sera étanchée et que tu auras acquis un tas de savoirs-faire nou­veaux, tu pour­ras revenir à ce pro­jet de départ..; ou pas.  Je t’ai don­né un cadre, sache le dépass­er.

Je ne te dis plus “bon courage”… mais “amuse toi bien” et “Sois créatif” à tous niveaux (la phase améliore n’est pas loin).”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.