La place de la chance dans le succès: enfin, une analyse pertinente !

Bon l’analyse ne vient pas de moi, je vous ras­sure, c’est une étude (voir ci-après)  qui en est à la base, mais c’est aus­si une jolie présen­ta­tion faite par Dirty Biol­o­gy sur le sujet. Lais­sez moi déjà intro­duire toute cela.

Il y a quelques mois, je vous par­lais de l’im­por­tance du fac­teur chance dans le développe­ment de tout busi­ness, et je con­clu­ais par le fait qu’il était impor­tant de rester hum­ble. C’est une réflex­ion qui n’en­tre pas en réso­nance avec la plu­part des approches de développe­ment per­son­nel qui elles, sont fondées sur le pos­i­tivisme et de la notion de mérite: “si tu tra­vailles fort, que tu aimes ce que tu fais, et si tu respectes les règles, alors tu vas for­cé­ment con­naitre le suc­cès”… un jour. Sauf si tu meures avant de vieil­lesse… Mais si tu te décourages, c’est de ta faute ! Per­son­nelle­ment, ce n’est pas ce que j’ob­serve — il y a des tas de gens doués qui ne per­cent pas et qui ne perceront jamais. Je suis d’ac­cord que comme au loto “100% des gag­nants ont ten­té leur chance”. Je suis d’ac­cord avec le fait qu’on apprend par ses échecs, qu’à chaque jour il faut remet­tre son ouvrage, … mais je n’aime pas le fait de cul­pa­bilis­er ceux qui ont essayé, même plusieurs fois, et qui n’ont pas atteint leur but, mal­gré un tal­ent indé­ni­able. On oublie sou­vent de dire que le fac­teur chance est un élé­ment impor­tant, si ce n’est “le plus impor­tant”. Exam­inez bien l’his­toire de gens qui ont réus­si… vous trou­verez sou­vent une ou deux per­son­nes qui leur ont don­né leur chance, ou une oppor­tu­nité qui s’est présen­tée et qu’ils ont su saisir. Évidem­ment, la plu­part ont du mérite… mais de là à penser que seul suf­fit ce tal­ent et ce mérite, cela a ten­dance à gon­fler leur égo c’est cer­tain. Mais surtout, cela donne de mau­vais­es pistes pour les jeunes qui veu­lent suiv­re leur chemin.

Lire la suite

De l’importance du facteur Chance… et de rester humble

Michael Eis­ner, le patron de Dis­ney, se verse un salaire annuel d’en­v­i­ron 133 mil­lions de dol­lars, soit quelque 63000 $ par heure. Une cou­turière au Bangladesh gagne 0,12$ par heure. Pour­tant, Eis­ner n’est pas un magi­cien, il ne peut pas déplac­er d’ob­jets par le sim­ple pou­voir de son esprit, il n’a pas de laser dans les yeux et ne peut pas voler. 

Lire la suite