S’expatrier et être entrepreneur, ce n’est pas fait pour tout le monde

Sébastien Tissier dont je vous recom­mande la chaine, surtout si l’Asie vous intéresse, traite dans la vidéo suiv­ante du phan­tasme de l’expatriation ‚véhiculé prob­a­ble­ment par de nom­breux youtubeurs aujourd’hui,  et qui se résume le plus sou­vent par “je suis riche, je voy­age tout le temps, blabla”. Der­rière ce “doux rêve”, il y a la notion de l’indépen­dance finan­cière que Sébastien présente ain­si: “C’est l’entreprenariat qui m’a per­mis d’avoir la lib­erté de m’expatrier”.  En même temps, il faut aus­si avoir un boulot qu’on peut faire de l’étranger. Per­son­nelle­ment, je dirais que la for­mule mag­ique, c’est “être à son compte et pou­voir tra­vailler d’où on veut”. C’est cela la for­mule de la lib­erté, à par­tir du moment où on y passe pas 70H/semaine bien enten­du — sinon, on béné­fi­cie peut de la mobil­ité géo­graphique.

Si vous voulez en savoir plus sur lui, sur ses débuts et sur son busi­ness, je vous pro­pose cette inter­view par Cédric Beau :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.