Financement d’un blog ou d’un Podcast: Steady, Patreon, Podia, Memberfull ou Drip ?

Il y a quelques jours, j’ai ouvert une page Patre­on pour un autre blog et une chaine Youtube. L’idée, c’était de pou­voir obtenir un petit retour des sup­port­ers, sym­bol­ique (1$/mois), mais qui est plus par­lant que des sta­tis­tiques de pages ou de vidéos vues. D’autre part, cela m’a per­mis de pro­pos­er une offre “com­mu­nau­taire” à 10$/mois pour partager des livrets, des fich­es tech­niques, des sources de pro­jets… enfin, des pro­duits qui n’ont pas pour voca­tion à être com­mer­cial­isés, mais qui peu­vent intéress­er ma com­mu­nauté. Je ne m’attends pas à ce que cela prenne vrai­ment, mais j’aimerais être sur­pris. Dans tous les cas, avant de lancer cette page, j’ai étudié d’autres plate­formes car je me dis­ais que Patre­on n’était même pas traduite en français et que les dons ne pou­vaient pas être faits en euros (au final, si, au tra­vers de pay­pal et autres moyens de paiement). Bref, voici le résul­tat de mes recherch­es.

Lire la suite

S’expatrier et être entrepreneur, ce n’est pas fait pour tout le monde

Sébastien Tissier dont je vous recom­mande la chaine, surtout si l’Asie vous intéresse, traite dans la vidéo suiv­ante du phan­tasme de l’expatriation ‚véhiculé prob­a­ble­ment par de nom­breux youtubeurs aujourd’hui,  et qui se résume le plus sou­vent par “je suis riche, je voy­age tout le temps, blabla”. Der­rière ce “doux rêve”, il y a la notion de l’indépen­dance finan­cière que Sébastien présente ain­si: “C’est l’entreprenariat qui m’a per­mis d’avoir la lib­erté de m’expatrier”.  En même temps, il faut aus­si avoir un boulot qu’on peut faire de l’étranger. Per­son­nelle­ment, je dirais que la for­mule mag­ique, c’est “être à son compte et pou­voir tra­vailler d’où on veut”. C’est cela la for­mule de la lib­erté, à par­tir du moment où on y passe pas 70H/semaine bien enten­du — sinon, on béné­fi­cie peut de la mobil­ité géo­graphique.

Lire la suite

Devenez entrepreneur nomade sur internet et travaillez 4H/semaine !

L’exemple typ­ique du titre putaclic… mais comme je reçois beau­coup de mails sur le sujet et que je con­nais plusieurs per­son­nes qui songent à suiv­re les dif­férents gourous auto­proclamés du drop ship­ping et autres “mirages” du web, je vous pro­pose cette petite vidéo de l’émission “On est  plus des pigeons !”:

Bon, évidem­ment, ce n’est pas si facile et on ne créé pas une bou­tique comme ça, sans rien y con­naitre, sans plan mar­ket­ing, sans pub, etc. De même qu’on ne vend pas des for­ma­tions sans être un expert déjà recon­nu, etc. Bref, vous l’avez com­pris, ces “méth­odes mir­a­cles” ren­dent rich­es… surtout ceux qui les vendent… et encore, en flairant les pigeons à des mil­liers de kilo­mètres à ronde. En réal­ité, c’est surtout de la moti­va­tion qu’ils vendent, une façon de vous don­ner un coup de pouce.

Inter­net est une jun­gle et c’est très dif­fi­cile en 2019 de sor­tir du lot, d’attirer des vis­i­teurs sans sor­tir le gros arse­nal… Je ne dis pas que c’est impos­si­ble, mais si ça fonc­tionne pour quelques uns qui auront bossé très dur, investi pas mal d’argent (pub, tech­nique, etc.) et su ternir sur la durée, la plu­part des autres y per­dront bourse et temps… et voca­tion. Entre­pren­dre, ce n’est pas pour tout le monde. Mais rien ne rem­place la qual­ité de vie, la lib­erté que l’on peut avoir en tra­vail­lant de chez soi (ou en voy­ageant) et à son compte. Après, il faut accepter la con­trepar­tie.

Le télétravail… une autre façon d’être nomade

Boss­er à 20 min­utes ou à quelques sta­tions de métro dans une ville dynamique est vrai­ment un pur bon­heur. Et c’est ce que vivent env­i­ron 20 % d’entre nous. Mais pour la frange restante, soit 80 %, ce n’est plus tout à fait vrai.

Si l’on en croit les sta­tis­tiques de 2015, une par­tie gran­dis­sante des tra­vailleurs effectue un tra­jet domi­cile-bureau d’environ 50 min­utes ou plus… Et cette ten­dance est à la hausse. On pour­rait s’arrêter là et dire que tout le monde devrait se rap­procher de son lieu de tra­vail, ça sem­ble logique. Ain­si, nous pour­rions con­tin­uer dans la sat­u­ra­tion des trans­ports, la créa­tion de plus en plus d’immeubles dans des zones déjà bien encom­brées et par­ticiper à la flam­bée des prix de l’immobilier. Pas sûr qu’on améliore notre qual­ité de vie dans ces con­di­tions.

Lire la suite

Un peu de Scrum dans vos projets ?

Scrum est en quelques sortes une méthodolo­gie, une approche, un sys­tème pour pilot­er la con­cep­tion logi­cielle et sa livrai­son, mais pas seule­ment. Toute créa­tion de pro­duit peut, en théorie, utilis­er cette approche — l’idée étant bien enten­du de tra­vailler à plusieurs. C’est con­nu, l’enfer, c’est les autres !

Cette méthodolo­gie est apparue en 1996. Scrum utilise les valeurs du Rug­by pour les adapter à l’industrie du logi­ciel.

Mon objec­tif n’est pas de vous faire un exposé com­plet sur Scrum, mais de vous en par­ler, éventuelle­ment de vous don­ner envie de vous laiss­er ensuite dévor­er toute la lit­téra­ture exis­tante sur le sujet sur Inter­net. Je vais vous en par­ler dans le cadre de développe­ment de logi­ciels ou de jeux, mais cela peut-être util­isé dans un cadre plus large.

Lire la suite