Citations préférées

J’aime beau­coup les petites cita­tions car der­rière leur coté enig­ma­tique, elles oblig­ent à réflechir. J’en traine depuis plusieurs années et il m’arrive sou­vent de me dire “Eh oui, je n’avais pas pen­sé que cela voulait aus­si prob­a­ble­ment dire cela”. En réal­ité, peu importe ce que l’auteur avait pen­sé en les rédi­geant. Elles ne cri­ent pas des vérités et si elles ont tant mar­qué l’humanité, c’est qu’elles nous ont for­cé à réfléchir et c’est le plus impor­tant.

Allen, Woody:

  • Chaque fois qu’on me demande de choisir entre deux voies, je n’hésite pas, je prends la troisième !”

Anonyme:

  • La dif­férence entre la théorie et la pra­tique c’est qu’en théorie, c’est pareil et en pra­tique, c’est dif­férent.”
  • Quand la glace est mince, il faut savoir marcher vite”
  • Il faut avoir le pes­simisme de l’intelligence et l’optimisme de la volon­té”
  • N’oubliez jamais les erreurs passées ou elles se répet­teront inex­orable­ment”
  • Si la lib­erté est hors-la-loi, alors seuls les hors-la-loi auront la lib­erté” (code du Hack­er)
  • Ce qui rend l’oiseau cap­tif, ce n’est pas l’existence de bar­reaux, mais leur trop grand prox­im­ité. La lib­erté ne con­nait pas d’absolu”
  • Tout pou­voir cor­rompt et enchaîne celui qui en fait usage”
  • Pour­su­is les vices, non l’homme” (Insec­tatur vitia non homines)
  • Le Libéral­isme est une doc­trine poli­tique visant à faire cohab­iter des poules et des renards dans un poulailler, en procla­mant l’égalité des chances pour tous.”
  • Sans émo­tions, nous seri­ons tel le souf­fle d’une hor­loge qui égrenne les heures” (Equi­lib­ri­um)
  • Qui que je sois au fond de moi, je ne serais jugé que par mes actes” (Bat­man Begin)
  • Une pen­d­ule arrêtée donne l’heure deux fois par jour !”

Bar­ry­more, John :

  • Un homme n’est vieux que lorsque ses regrets pren­nent la place de ses rêves”

Boud­dha :

  • Avec nos pen­sées, nous créons le monde”

Camus, Albert :

  • En vérité, le chemin importe peu, la volon­té d’arriver suf­fit à tout.”

Cocteau :

  • Ce que les autres vous reprochent, cul­tivez-le, c’est vous”
  • À force de ne jamais réfléchir, on a un bon­heur stu­pide”

Colomb, Christophe :

  • Rien de ce qui résulte du pro­grès humain ne s’obtient avec l’assentiment de tous, et ceux qui aperçoivent la lumière avant les autres sont con­damnés à la pour­suiv­re en dépit des autres.”

Con­fu­cius :

  • Lorsque les mots per­dent leur sens, les gens per­dent leur lib­erté.”
  • Lorsque le sage mon­tre la lune, l’idiot regarde le doigt.”
  • Quand un homme a faim, mieux vaut lui appren­dre à pêch­er que de lui don­ner un pois­son.”
  • Notre plus grande gloire n’est pas de ne jamais tomber mais de nous relever après chaque chute.”

Dac, Pierre:

  • Les prévi­sions sont dif­fi­ciles, surtout lorsqu’elles con­cer­nent l’avenir”

Daudet, Alphonse :

  • Le jour, c’est la vie des êtres, mais la nuit, c’est la vie des choses”

Djik­stra, Edger:

  • La sim­plic­ité est une con­di­tion préal­able à la fia­bil­ité”

Ein­stein, Albert :

  • Les améri­cains sont passés directe­ment de la bar­barie à la déca­dence sans pass­er par la civil­i­sa­tion”
  • Je ne crois point, au sens philosophique du terme, à la lib­erté de l’homme. Cha­cun agit non seule­ment sous une con­trainte extérieure, mais aus­si d’après une néces­sité intérieure”
  • Le monde est dan­gereux à vivre ! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regar­dent et lais­sent faire”

Ettinger, Robert C.W. :

  • Il est dans la nature même de l’homme d’aller à l’encontre de la nature”
  • Il n’existe à la vérité aucune indi­vid­u­al­ité au sens pro­fond du terme. La dif­fi­culté naît d’abord de notre ten­dance à faire abstrac­tion des général­ités du monde physique, puis à con­sid­ér­er ces abstrac­tions, plutôt que le monde, comme réal­ité fon­da­men­tale”

Gand­hi:

  • Mon­tr­er l’exemple n’est pas le meilleur moyen de con­va­in­cre, c’est le seul.”

G. De Béni­court, Gré­go­ry :

  • C’est à l’homme qu’il incombe d’inventer sa pro­pre fonc­tion au sein de l’univers puisqu’il sem­ble orphe­lin de toute autre des­tinée”
  • Nous avons tous,  tapie dans l’ombre, une part de noirceur qui attend, prête aux actions les plus viles. Notre human­ité ne con­siste pas à nier cet aspect de nous, mais à en pren­dre le con­trôle pour pou­voir s’en servir. Nous pou­vons con­damn­er l’autre, vouloir sa destruc­tion et laiss­er ain­si notre noirceur s’exprimer — ou juste le ren­dre inof­fen­sif et laiss­er la part de lumière en lui s’exprimer. Car nous sommes tout à la fois: ange et démon”.

Hegel :

  • L’homme n’est rien d’autre que la série de ses actes”
  • Rien de grand dans ce monde ne s’est fait sans pas­sion”

Her­bert, Franck :

  • Il faut vivre de nou­velles expéri­ences. Elles créent au fond de nous des mod­i­fi­ca­tions qui nous per­me­t­tent de nous grandir. Il faut chang­er, sinon quelque chose som­meille en nous qui rarement se réveille… le dormeur doit se réveiller” (Dune)
  • L’être humain se masque et a besoin d’une grille pour observ­er l’univers. Une con­science sélec­tive­ment ajustée, telle est cette grille” (Dune)

Hux­ley, Aldous:

  • La folie indi­vidu­elle est immu­nisée con­tre les con­séquences de la démence col­lec­tive.”
  • Une vérité sans éclat peut être eclip­sée par un men­songe pas­sion­nant, un appel habile à la pas­sion est sou­vent plus fort que la meilleure des révo­lu­tions.”

Kennedy Toole, John :

  • Quand un génie véri­ta­ble appa­rait dans ce bas monde, on le recon­nait à ce signe que les imbé­ciles sont tous ligués con­tre lui” (la con­ju­ra­tion des imbé­ciles)

Krish­na­mur­ti, Jid­du :

  • Les rela­tions sont sûre­ment le miroir dans lequel on se décou­vre soi-même”

Jung :

  • La sures­ti­ma­tion de la rai­son a ceci de com­mun avec le pou­voir d’état : sous sa dom­i­na­tion, l’individu dépérit”

Kor­da, Mick­ael :

  • Il n’est rien de plus bar­bare que la vie au milieu des hommes civil­isés. Même la vio­lence imprévis­i­ble et les dan­gers de la vie prim­i­tive ne peu­vent égaler la dégénéres­cence de notre société. Un seul moment de faib­lesse suf­fit pour nous met­tre à la mer­ci de mon­stres, des mon­tres bien réels qui ne sont pas seule­ment des êtres sur­na­turels nés de l’imagination de l’homme sauvage. Le pou­voir est le moyen de nous pro­téger de la cru­auté, de l’indifférence et de la bru­tal­ité des autres hommes. Mais cela ne sig­ni­fie pas que nous devions nous-même devenir des mon­stres”

Lord Byron :

  • Et si je ris de toute chose ici-bas, C’est afin de n’en pas pleur­er.” (Don Juan)

Maharshi, Ramana :

  • Le coeur est l’unique vérité, l’esprit n’est qu’une étape.”

MC Ham­mer :

  • It’s too legit to quit”

Orwell, Georges:

  • Ceux qui abjurent la vio­lence peu­vent le faire que parce que d’autres com­met­tent ces vio­lences en leur nom.”

Pag­nol, Mar­cel :

  • Tout le monde dans le vil­lage savait que cela était impos­si­ble. Puis, un jour, vint un abru­ti qui ne le savait pas … et qui le fit”
  • Quand on doit diriger des enfants ou des hommes, il faut de temps en temps com­met­tre une belle injus­tice, bien nette, bien cri­ante : c’est ça qui leur en impose le plus !”

Pal Hasari :

  • Tout ce qui n’est pas don­né est per­du” (film la cité de la joie)

Pala­niuk, Chuck :

  • Les choses que tu pos­sèdes finis­sent un jour par te pos­séder. C’est seule­ment après avoir tout per­du que tu es libre de faire ce dont tu as réelle­ment envie”
  • Tu n’es pas ton job. Tu n’es pas ton compte en banque. Tu n’es pas le con­tenu de ton porte­feuille. Tu n’es pas ta tenue kaki. Tu n’es pas un flo­con de neige immac­ulé, tu n’as rien d’unique”

Pas­cal, Blaise !

  • L’homme n’est ni ange ni bête, et le mal­heur veut que qui veut faire l’ange fait la bête”
  • L’homme n’est qu’un roseau, le plus faible de la nature ; mais c’est un roseau pen­sant. Il ne faut pas que l’univers entier s’arme pour l’écraser : une vapeur, une goutte d’eau suf­fit pour le tuer. Mais, quand l’univers l’écraserait, l’homme serait encore plus noble que ce qui le tue, parce qu’il sait qu’il meurt, et l’avantage que l’univers a sur lui ; l’univers n’en sait rien. Toute notre dig­nité con­siste donc en la pen­sée. C’est de là qu’il faut nous relever et non de l’espace et de la durée, que nous ne sauri­ons rem­plir. Tra­vail­lons donc à bien penser : voilà le principe de la morale ”

Picas­so, Pablo :

  • C’est dan­gereux le suc­cès. On com­mence à se copi­er soi-même et se copi­er soi-même est plus dan­gereux que de copi­er les autres… c’est stérile”

Reeves, Hubert :

  • Der­rière ce que les mots nous don­nent à saisir de la réal­ité, on devine, per­pétuelle­ment mou­vantes, les strates irré­ductibles à l’intelligibilité. La ratio­nal­ité seule ne suf­fit pas à nous ren­dre la sub­stance. Pour percevoir claire­ment les couchés de soleil­sur l’océan, il faut met­tre en oeu­vre toutes les fac­ultés de l’âme. C’est le mes­sage de Schiller : ‘The full mind is alone the clear’ ” (mal­icorne)

Saint Exu­pery, Antoine de :

  • Force-les [les hommes] de batîr ensem­ble une tour et tu les chang­eras en frères. Mais si tu veux qu’ils se haïssent, jette-leur du grain”
  • N’espère rien de l’homme s’il tra­vaille pour sa pro­pre vie et non pour son éter­nité”
  • Dans la vie, il n’y a pas de solu­tions. Il y a des forces en marche : il faut les créer, et les solu­tions suiv­ent”
  • Adieu, dit le renard. Voici mon secret. Il est très sim­ple : on ne voit bien qu’avec le coeur. L’essentiel est invis­i­ble pour les yeux”

Snow­den, Edward:

  • Pré­ten­dre que votre droit à une sphère privée n’est pas impor­tant parce que vous n’avez rien à cacher n’est rien d’autre que de dire que la lib­erté d’expression n’est pas essen­tielle, car vous n’avez rien à dire”

Twain, Mark :

  • Je n’aime pas l’idée d’avoir à choisir entre le ciel et l’enfer : j’ai des amis dans les deux”

Wachows­ki, Andy et Lar­ry (Matrix) :

  • Mor­pheus : La matrice est uni­verselle. Elle est omniprésente. Elle est avec nous ici, en ce moment même. Tu la vois chaque fois que tu regardes par la fenêtre, ou lorsque tu allumes la télévi­sion. Tu ressens sa présence, quand tu pars au tra­vail, quand tu vas à l’église, ou quand tu paies tes fac­tures. Elle est le monde, qu’on super­pose à ton regard pour t’empêcher de voir la vérité. Neo : Quelle vérité ? Mor­pheus : Le fait que tu es un esclave Neo. Comme tous les autres tu es né enchaîné. Le monde est une prison où il n’y a ni espoir, ni saveur, ni odeur. Une prison, pour ton esprit. Et il faut que tu sach­es que mal­heureuse­ment, si tu veux décou­vrir ce qu’est la matrice, tu devras l’explorer toi-même”
  • N’as-tu jamais fait ces rêves Neo, qui sont plus vrais que la réal­ité ? Si tu étais inca­pable de sor­tir d’un de ces rêves, com­ment ferais-tu la dif­férence entre le monde du rêve, et le monde réel ?”
  • On n’est pas le meilleur quand on le croit, mais quand on le sait”
  • Je souhait­erais vous faire part d’une révéla­tion sur­prenante. J’ai longtemps observé les humains. Et ce qui m’est apparu, quand j’ai ten­té de qual­i­fi­er votre espèce, c’est que, vous n’étiez pas réelle­ment des mam­mifères. Tous les mam­mifères sur cette planète, ont con­tribué au développe­ment naturel d’un équili­bre avec le reste de leur envi­ron­nement. Mais vous, les humains, vous êtes dif­férents. Vous vous installez quelque part, et vous vous mul­ti­pliez. Vous vous mul­ti­pliez jusqu’à ce que toutes vos ressources naturelles soient épuisées. Et votre seul espoir de réus­sir à sur­vivre, c’est de vous déplac­er jusqu’à un autre endroit… Il y a d’autres organ­ismes sur cette planète qui ont adop­té cette méth­ode. Vous savez lesquels ? Les virus. Les humains sont une mal­adie con­tagieuse, le can­cer de cette planète. Vous êtes la peste, et nous, nous sommes l’antidote”
  • Comme moi il fau­dra bien que tu com­prennes tôt ou tard, qu’il y a une dif­férence entre con­naître le chemin, et arpen­ter le chemin”
  • Le choix n’est rien qu’une illu­sion, créée pour sépar­er ceux qui ont le pou­voir, de ceux qui ne l’ont pas”

Wilde, Oscar:

  • La sagesse, c’est d’avoir des rêves suff­isam­ment grands pour ne pas les per­dre de vue lorsqu’on les pour­suit”

Yoda (Star War):

  • Dif­fi­cile à voir. Tou­jours en mou­ve­ment est l’avenir.”
  • Fais le ou ne le fais pas. Il n’y a pas d’essai.”
  • Un grand guer­ri­er ? Per­son­ne par la guerre ne devient grand.”
  • La peur est le chemin vers le côté obscur : la peur mène à la colère, la colère mène à la haine, la haine … mène à la souf­france.”

Zen :