Changer de vie et “choisir” d’être heureux

Aujourd’hui, on va par­ler de psy­cholo­gie du bon­heur et d’expérience opti­male telle que décrite par Mihaly Csik­szent­mi­ha­lyi, psy­cho­logue hon­grois et auteur d’un livre sur ce thème. Je vous en par­le ici car le fait de choisir d’être libre, autonome et se met­tre à son compte fait par­tie de ces grandes déci­sions que l’on peut pren­dre un jour et qui peu­vent con­tribuer au bon­heur. Mais atten­tion, ce n’est pas la solu­tion à tout. Mihaly nous fait com­pren­dre que pour être heureux, la seule véri­ta­ble méth­ode, c’est de le choisir, tout sim­ple­ment. Vous pour­rez être l’homme le plus riche du monde, avoir la plus belle femme à vos cotés, vivre dans une vil­la mag­nifique et être adulé par un tas de monde… vous n’échapperez pas aux vicis­si­tudes de la vie: mal­adie, vieil­lesse, coups durs… et puis n’oublions pas à quelle vitesse on s’habitue au Luxe et que tout devient terne lorsqu’on ne se pré­mu­nit pas con­tre ce genre de choses…

Mihaly décrit ce choix de la façon suiv­ante: “Le bon­heur n’est pas quelque chose qui arrive à l’improviste ; il n’est pas le résul­tat de la chance ; il ne s’achète pas et ne se com­mande pas ; il ne dépend pas des con­di­tions externes, mais plutôt de la façon dont elles sont inter­prétées. Le bon­heur est une con­di­tion qui doit être pré­parée, cul­tivée et pro­tégée par cha­cun.”

Une des voies pour réus­sir cette trans­for­ma­tion, celle de choisir le bon­heur plutôt que de par­tir con­stam­ment à sa recherche, con­siste à se con­naitre soi-même ! C’est la grande blague du siè­cle dernier : tous les “gourous” de la pen­sée pos­i­tive, de la médi­ta­tion, de la psy­cholo­gie… tout ce qu’on peut cas­er sous l’appellation “développe­ment de soi”, sur­fent encore aujourd’hui sur cette vague. Se con­naitre soi-même… vaste sujet en réal­ité. Je ne pré­tend pas de mon coté avoir une réponse à cela — j’ai moi-même longue­ment cher­ché. J’ai fréquen­té des cer­cles ésotériques, j’ai  lu avide­ment une grande par­tie de la lit­téra­ture con­sacrée… Aujourd’hui, je pense qu’on ne peut appren­dre à se con­naitre que dans l’action, pas dans un livre, pas dans une som­bre salle en médi­ta­tion avec d’autres chercheurs de vérités, et encore moins en lisant ce bil­let de blog.

Se con­naitre, c’est affron­ter ces deux tyrans que sont la pro­gram­ma­tion biologique, ce proces­sus ances­tral dom­iné par notre ani­mal­ité, et le laquais de la société qu’on nomme par­fois le sur­moi, qui sem­ble ne pou­voir s’épanouir que dans le regard d’autrui. Ces deux tyrans s’opposeront tou­jours en nous pour pren­dre un max­i­mum de con­trôle. En pren­dre con­science est une chose, y échap­per sem­ble impos­si­ble, tout du moins de façon con­stante.

Bon, comme je ne veux pas non plus que ce bil­let soit trop long, je vous indique tout de suite une des pistes pro­posées par Mihaly: l’expérience opti­male. Je vais en par­ler aujourd’hui sur ma chaine youtube dans un cadre un peu dif­férent, celui du développe­ment infor­ma­tique. Mais cela peut-être adap­té à toute activ­ité il me sem­ble.

L’expéri­ence opti­male survient quand corps et esprit sont util­isés jusqu’à leurs lim­ites dans un effort volon­taire en vue de réalis­er quelque chose de dif­fi­cile et d’important. La provo­quer, c’est favoris­er le développe­ment de soi. Le sen­ti­ment de maitrise qui se dégage d’une telle expéri­ence s’approche autant que l’on puisse  imag­in­er de ce qu’on appelle le bon­heur. Pour résumer, « la psy­cholo­gie de l’expérience opti­male porte sur le proces­sus de la recherche du
bon­heur par la maitrise de sa vie intérieure ».

Dans un autre ouvrage, « Le principe de Lucifer » d’Howard Bloom, l’auteur nous dit que « l’espoir et le con­trôle sont biologique­ment néces­saires au cerveau. Le con­trôle stim­ule l’esprit. Une absence de con­trôle peut paral­yser les capac­ités men­tales, provo­quer des mal­adies, faire dépérir l’individu comme si tout cela était pro­gram­mé géné­tique­ment afin que l’individu qui se sente inutile de reste pas trop longtemps une charge pour la société. ». Là encore, il s’agit de per­cep­tions que nous pou­vons mod­i­fi­er et c’est très impor­tant car cela mod­i­fie la biochimie de notre corps. Ce qu’Howard Bloom nous dit est que le sys­tème immu­ni­taire de quelqu’un qui a un con­trôle sur sa vie est beau­coup plus effi­cace que quelqu’un qui se sent dom­iné ou inutile. La nature sem­ble avoir pro­gram­mé les ani­maux soci­aux que nous sommes pour favoris­er celui qui dis­pose du pou­voir, ne serait‐ce qu’en aug­men­tant forte­ment sa libido.

De fait, il y a 2 con­cepts à retenir ici: le con­trôle de sa vie (le plus pos­si­ble, car le con­trôle total est une autre forme de tyran­nie, de la con­science cette fois-ci, et c’est surtout une illu­sion provo­quée par notre égo) est un ingré­di­ent impor­tant — choisir de chang­er de vie, de se met­tre à son compte, tout cela y con­tribue c’est indé­ni­able. Mais si vous allez vivre à Can­cùn pour sirot­er des moji­tos et ten­ter de tra­vailler le moins pos­si­ble par la méth­ode des 4H par semaine, vous risquez vite de déchanter.

Mon con­seil est donc le suiv­ant: ne cherchez pas à gag­n­er de l’argent pour libér­er du temps dans l’espoir de trou­ver du plaisir et éventuelle­ment le bon­heur en bout de chemin, car ceci aus­si est une illu­sion. C’est vrai que ces jeunes youtu­bers qui pub­lient des vidéos d’Iles par­a­disi­aques en vous dis­ant qu’ils gag­nent des cen­taines de mil­liers d’euros à ne rien faire, c’est alléchant. Non pas parce que vous êtes un gros paresseux avide d’argent, mais parce que comme beau­coup de monde, et c’est aus­si ce que la société nous vend, vous pensez que si cela n’apporte pas le bon­heur, cela y con­tribue forte­ment. En réal­ité, ces gens vivent sur le dos de ceux qui les écoutent… c’est une vieille his­toire, pas très dif­férente de tous ces gourous du développe­ment per­son­nel qui vont vous ven­dre “The Tech­nique” ! On va vous dire que c’est facile, que tout le monde peut le faire… qu’il suf­fit de se lancer, d’y croire. Peut-être avez-vous déjà enten­du par­ler du drop ship­ping ? Je n’essaye même pas de vous dire que cela ne fonc­tionne pas… à vrai dire, peu importe. Ce que j’essaye de vous dire, si vous n’en êtes pas déjà con­va­in­cu, c’est que rechercher la sim­plic­ité, c’est s’exposer à une vie “morne” et sans saveur… comme la vivent ces gens trop for­tunés qui ne font rien d’autre que se regarder le nom­bril. A coté de cela, il y a des gens tout aus­si for­tunés comme Elon Musk, qui vivent leur rêve, aux lim­ites de ce que leur corps et leur esprit  peu­vent pro­duire, et qui doivent juste­ment avoir une vie extra­or­di­naire. Oui, un échec ça fait mal. Mais un absence de réus­sites et d’échecs, c’est aus­si une vie passée à regarder la vie des autres, comme devant un poste de télé à l’intérieur d’une prison.

Un autre écueil attend aus­si celui qui choisit la facil­ité: l’hédonisme ! Dans la bible, on trou­ve le proverbe suiv­ant: “recherche la lib­erté et tu devien­dras esclave des tes désirs, recherche la dis­ci­pline et tu trou­veras la lib­erté”. Loin de moi l’idée de faire l’apologie de la semaine des 100H, mais il y a un juste équili­bre à trou­ver. J’espère que vous êtes sur la bonne voie. Pour ma part, je ne me suis jamais sen­ti aus­si bien dans ma vie, et cela ne date pas d’hier. C’est une longue con­struc­tion, un choix, longue­ment murit.

Un jour, j’ai décidé de chang­er de vie. J’ai com­pris qu’on n’avait qu’une seule vie — la mort de mon père a été prob­a­ble­ment le déclencheur prin­ci­pal, je lui en suis gré pour cela. Toute sa vie, il a repoussé le bon­heur en se pro­je­tant dans la retraite. Il dis­ait sou­vent, non sans humour: “100 patates, et je file la moitié à toi et ta mère, et moi, je pars vivre sur une ile par­a­disi­aque”. Il jouait régulière­ment au loto, mais n’a jamais gag­né. Toute­fois, il se dis­ait qu’à la retraite il par­ti­rait bien avec un petit voili­er vivre la vie de ses rêves.  Le lende­main de sa retraite, la déprime l’envahissait. La prise de con­science qu’il lui restait peu de temps ? Non, c’était prob­a­ble­ment le fait que désor­mais il n’avait plus aucune excuse… qu’il pou­vait main­tenant pren­dre sa vie en main. Mais c’est pas facile quand on a bossé toute sa vie ryth­mée par la vie ordi­naire, le Métro Boulot Dodo. Il aurait pu être heureux avant — j’espère qu’il l’était en par­tie, à sa façon, même s’il s’en plaig­nait sou­vent. Quelques mois après, avant même de sur­pass­er cette déprime due à ce change­ment bru­tal dans l’existence que con­stitue la retraite, il est mort… un can­cer du pan­créas sem­ble t-il. J’avoue ne pas avoir tout com­pris quand les médecin m’ont asséné le coup. Lui-même ne savait pas, ils m’avaient con­fié le soin de le dire à mon père et ma mère.

Après avoir organ­isé sa mort à son domi­cile, comme il me l’avait tant de fois souhaité (la peur de mourir à l’hôpital était plus grande que tout), après avoir organ­isé ses funérailles à l’église, comme il me sem­blait que tout mem­bre issu de la noblesse se devait de le faire (le tyran social), je suis ren­tré chez moi, puis je suis vite repar­ti —  en voy­age cette fois ci — pour réfléchir… C’est un excel­lent moyen ! Chang­er de rythme de vie quelques temps, chang­er de lieux… tout cela per­met de s’extraire du quo­ti­di­en et de mieux analyser sa vie et de faire le point. C’est prob­a­ble­ment le pre­mier con­seil que je pour­rais vous don­ner. Partez ! Lais­sez der­rière tous vos traquas, soucis d quo­ti­di­en… le plus longtemps pos­si­ble. Pour ma part, j’en suis arrivé à la con­clu­sion, il y a une dizaine d’années main­tenant, que je devais être heureux “Main­tenant”. Bon, je ne suis pas riche, je n’ai pas de yacht… je ne peux pas vivre 2 ans sur une ile trop­i­cale… mais bon : 15 jours oui. Et même louer un yacht… Mais le plus impor­tant, c’est de faire ce qui nous plait. Et pour cela, il faut déjà savoir ce qu’on aime faire et ce n’est pas si sim­ple que cela. Pour moi, c’est passé par le fait de me remet­tre à dévelop­per des choses qui m’intéresse, d’écrire des livres et d’écrire sur un blog. Cela a mis quelques années, mais cela a fini par pay­er. Je peux en vivre main­tenant, et cor­recte­ment. Je peux voy­ager, je peux m’acheter du matériel, et je peux louer ce que je ne peux pas acheter… et surtout, je ne fais plus de com­pro­mis avec le bon­heur : “c’est tout de suite et main­tenant”.

Et puis, n’oublions pas ce con­seil des nuls, car de temps en temps (pas tout le temps, on s’en lasse), c’est sym­pa aus­si:

Si vous voulez en savoir plus sur ces activ­ités dites “autoéliques” qui amè­nent à l’expérience opti­male, lais­sez moi un com­men­taire, j’y reviendrai dans un autre bil­let ou dans une vidéo.

 

Une réflexion sur “Changer de vie et “choisir” d’être heureux

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.